Mystères ...

Depuis vendredi dernier, les Angoumoisins cherchaient à connaitre la source de ces effluves pestilentiels qui avaient envahi le plateau !

Avant d’éclaircir ce mystère, il nous faut nous reprendre nos cours de philosophie en marnière de causalité. Ce langage courant qui désigne la relation de cause à effet est des plus pertinent dans ce contexte :

Effets = des odeurs malodorantes.
Cause = épandage de digestat (NDLR nous ne ferons pas comme la Charente Libre qui s’est permis de stigmatiser celui à l’origine de la « faute »).
Causalité = les vents.

Cette causalité est de loin le point le plus important dans cette histoire. Elle nous rappelle que, comme le nuage radioactif de Tchernobyl, les vents n’ont pas de frontières, odeurs comprises.

Aussi, mesdames, messieurs les Angoumoisins, il vous faut vous intéresser de près à cette unité de méthane. Vous serez aussi touchés par les vents !

Au-delà, cela nous apprend également que l’épandage du digestat doit être réalisé avec du matériel spécifique permettant de contenir un azote très volatile. En contrepartie, des investissements nécessaires en pendillards, le bilan carbone se dégrade puisque l’utilisation de ce type de matériel allonge le temps d’épandage.

Il n'y aura pas d'odeurs

Les porteurs du projet arguent sans vergogne que l’unité sera sans odeurs comme la station d’épuration située sur la commune de Fléac.

Des mots, que des maux et de convictions sans fondement.

Cependant, votre collectif à des certitudes : cela sentira toujours. Un exemple factuel celui de l’usine Hagetmau qui traite notamment les effluents d’élevage et sous-produit de l’industrie agroalimentaire. Lors de l’installation de l’usine, il avait été affirmé que grâce à un
procédé innovant il n’y aurait pas d’odeurs, et si l’on s’en tient au rapport de l’enquête publique du 9 septembre 2012, qu'il n’y aurait pas de nuisance à subir. Résultat : depuis plusieurs mois, les riverains subissent des effluves insupportables. Face au collectif le responsable du site Pierre Dispan de Floran répond qu’il s’agit là de petits soucis…

C’est pourquoi il ne pas être dupe face à la stratégie mise en place par ENGIE et le Grand Angoulême : payer pour des enquêtes soi-disant impartiales afin de s’acheter une bonne conscience !

BHNS

Quel lien avec notre projet et combat ?

Il est très simple. Dans les deux cas, le maire de la commune de Fléac brille par sa capacité à négocier. D’une part, il s’est ému au moment du vote et en pleine séance du Conseil communautaire de voir sa commune oubliée en partie suite au tracé du BHNS, d’autre part, il accepte un programme d’usine à gaz juxtaposant sa commune avec pour conséquence la dégradation de la qualité de vie de ses concitoyens sans les le petit doigt.

Un maire ne doit-il pas être le premier défenseur de sa commune ?

Nous ne baisserons pas la garde

Au travers de deux articles parus respectivement dans la Charente-Libre du 24 septembre 2018 et Sud-Ouest du 25 septembre 2018, votre collectif a demandé la dissolution du Comité de Pilotage Méth'Angoumois.

En effet, consécutivement au compte-rendu contreversé du 5 juillet 2018 (
voir original sur la page téléchargement), édulcorant notamment les nuisances causées par l’unité de Château-Renard, le président de notre association entendait ainsi démontrer la partialité du Comité de Pilotage, dont l’objectif est l’aboutissement coûte que coûte du projet d’unité en zone urbanisée, et la peur panique de ses responsables de se confronter à la réalité du terrain en rencontrant les populations concernées.

L’instrumentalisation politique des décisions ne fait plus aucun doute depuis que le Grand Angoulême est au capital de la S.A.S Meth'Angoumois !