Tout ça pour cà ...

Nous le demandions depuis plus d'un an. Enfin, sous l'égide du Maire Guy ETIENNE, le conseil municipal de Fléac s'apprête à voter une motion relative à la transition énergétique.

La voici dans ses grandes lignes : "La transition énergétique mérite mieux q'un projet mal préparé. Nous élus locaux sommes responsables d'accueillir dans notre commune de nouveaux habitants, de nouvelles activités économiques …. Notre philosophie est claire : bienveillance et vigilanceDepuis trois ans, nous subissons un projet privé de méthanisation qui malgré notre insistance à obtenir des données fiables … ne parvient pas à se stabiliser pour engager une démarche administrative sereine. Au vu et au vécu de la méthode employée qui fait naître plus de doutes que de certitudes, nous demandons l'abandon de ce projet par les industriels. Par ailleurs, au vu de l'affichage confirmé de l'urgence climatique, nous sommes déterminés à l'action. Mais celle-ci ne doit pas aboutir à n'importe quoi."

Quelques remarques cependant :

1/ Bienveillance et vigilance : depuis la naissance du collectif ….
2/ Depuis trois ans : c'est l'aveu que le conseil municipal est au courant depuis de nombreuses années de ce projet et n'a rien fait pour préserver la qualité de vie de ses habitants.
3/ Un projet privé : rappelons-nous qui est au capital de la SAS porteur du projet, qui a investi 60 000 € d'argent public : le grand Angoulême.

Votre collectif veille et veillera !

Tous ensemble pour dire non !

Plus de 80 personnes se sont réunies le mardi 11 décembre 2018 pour faire entendre leur mécontentement devant les marche du conseil communautaire du Grand Angoulême.

Grâce à cette présence, après avoir dans un premier temps refusé de donner la parole au collectif citoyen, le président du conseil communautaire s'est entretenu avec le président, vice-président et un membre de l'association pendant plus de 30 minutes : "
il faut reprendre la concertation à l'échelle du territoire" à lancé Jean-François DAURE à l'issue de cette entrevue. "Peut-être doit-on réfléchir à un dossier plus large en termes de périmètre".

L'agglo ne prendra pas de position définitive avant le 20 décembre.

Lobbying quand tu nous tiens ! Part. 2

Après avoir réussi à faire relever le seuil applicable à l’ICPE de 100 tonnes/jour contre 60 tonnes/jour ; sortir du statut de déchets des digestats ; le dernier étage de la fusée pour favoriser la transition énergétique est en train de se mettre en place (article 56 et 57 de la loi n°2018-727) …

En effet, deux régions ont été retenues pour expérimenter une procédure de participation du public par voie électronique en remplacement de l'enquête publique, dans le cadre de la procédure de délivrance de l'autorisation environnementale. Cette expérimentation prévue pour une durée de trois ans concerne les projets, d'une part, des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) et, d'autre part, d'installation d'ouvrages, travaux et activités (IOTA).

Cette loi prévoit en théorie de renforcer les modalités d'information au public dans le cadre des procédures de concertation préalable et de participation du public par voie électronique afin de lui assurer des garanties équivalentes à celle dont il aurait bénéficier dans le cadre d'une enquête publique.

Donc en résumé : l'Etat donne les pleins pouvoirs aux grands groupes industrielles pour imposer leur projet à la population et se désengage en termes de responsabilités.

Nous ne sommes pas dupe ! Nous voyons clair dans votre jeu, Messieurs d'ENGIE. Nous ne lâcherons rien, nous avons notre t-shirt jaune (voir page boutique).

Stade de préfiguration ...

Lors de sa réponse à monsieur Thomas MESNIER, député de la Charente, monsieur Jean-François DAURE s'étonnait se sa prise de position en donnant un avis définitif sur un projet au stade de préfiguration.

Verbiage habile afin d'éviter de reconnaitre que l'origine du dossier remonte à 2013, que 60 000 euros ont déjà été investis pour participer à la SAS gestionnaire du projet. Nous ne sommes plus dans de la préfiguration au stade où l'on organise des réunions pseudos publiques en présence d'une poignée de citoyens avec le soutien de deux communes. Nous sommes dans de la démagogie politicienne où l'objectif est de faire passer un projet par n'importe quel moyen pour laisser son nom dans l'histoire.