Actions

Interveniton sur la radio RCF Accord



A partir de la 43ème minute, faites avancer le lecteur !

Position de CECOA devant l'IFREE

Voici les conditions transmises à l'IFREE pour participer à une nouvelle réunion avec ENGIE :

-
Révision du choix géographique du site Methangoumois,
-
Gel du projet : ENGIE ne doit pas déposer de dossier en préfecture pendant la concertation,
- Limitation du nombre de participants afin d'être efficace,
- Un rédacteur neutre (IFREE) pour le compte rendu de la réunion.

En contrepartie l'IFREE demande de suspendre toutes communications CECOA (presse, Internet, …) si ENGIE accepte nos conditions ...

Visite de Gatinais Biogaz à Château Renard (45)

La société ENGIE a invité 3 chefs d'entreprise du parc Euratlantic à visiter son site de méthanisation "exemple" à Château Renard en juin 2018. Voici un extrait de leur compte rendu :

- L'usine voisine (situé à 300 m) évoque
des nuisances répétées plusieurs fois par mois, l'ampleur du phénomène nécessite de fermer les fenêtres des bureaux,
- Il n'est
pas possible de faire un barbecue dehors le jour où les vents portes,
- La propriétaire de l'habitation d'en face (à 500 m en contrebas) se dit très gênée par les
odeurs de l'usine et le passage des tracteurs.

Leur conclusion : en l'état il n'est pas possible d'envisager une unité de méthanisation dans la zone Euratlantic.

Conseil Municipal St Yririeix

Votre collectif a fait à nouveau entendre sa voix lors du dernier conseil municipal de St Yrieix.

Nous avons demandé à monsieur le maire pourquoi il avait voté pour l’introduction du Grand Angoulême au capital de Methangoumois avec 60 000 euros d’argent public ?

Ce dernier a indiqué qu’il fallait accepter que le Grand Angoulême paye pour avoir des études de faisabilité sur des projets de méthanisation pour faire avancer la transition énergétique, mais qu’il ne connait pas le dossier en profondeur. Le Grand Angoulême n’a pas vocation à rentrer au capital de la société, mais dans le capital de l’étude.

On notera ici comment nos politiciens savent jouer sur les mots.

Nous avons interpellé ensuite tous les élus sur le fait qu’il venait de voter pour l’enquête publique de la déchèterie de Fléac sans savoir qu’elle n’était pas conforme depuis six ans à la règlementation française, le dossier ayant été présenté sous un angle différent.

C’est à se demander comment sera présenté le dossier Méthangoumois le jour du vote sur les résultats de l’enquête publique.

Le mois des pancartes.

Le combat continue ! Les riverains ne cachent rien face au grand silence du Grand Angoulême quant au projet de l’usine à gaz en zone urbanisée. Leur mécontentement s’affiche au travers de pancarte apposée dans leurs jardins ! Vous aussi, rejoignez notre mouvement en nous contactant !

2018-08-25 18.57.36

Une Sénatrice Charentaise interpelle le gouvernement.

Mme Nicole BONNEFOY attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur la gestion des digestats qui sortent des méthaniseurs.

Actuellement, ces digestats sont des déchets et peuvent sortir de ce statut pour être vendus comme fertilisants agricoles. Dans ce dernier cas, ils doivent se soumettre aux mêmes exigences que les autres fertilisants et supports de cultures et obtenir une autorisation de mise en marché (AMM) délivrée par l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Pour obtenir une AMM, la composition du digestat est analysée et son innocuité doit être démontrée.

D’ailleurs, en janvier 2018, un digestat de méthanisation brut n’a pas obtenu d’AMM : contamination en clostridium perfringens, entérocoques et staphylocoques au regard des critères en vigueur et impact très négatif sur la reproduction des vers de terre. Or ce produit qui n’est pas considéré comme vendable présentant des risques potentiels pour l’environnement et la santé humaine peut être épandu comme un déchet sur des pâturages ou des champs.

Bien que sujet aux plans d’épandages, les digestats bruts ne subissent aucun contrôle sanitaire avant d’être épandus. Des pollutions peuvent donc avoir lieu et les contrôles des installations par les DREAL ne sont malheureusement pas assez réguliers pour pouvoir prévenir des anomalies et éviter des accidents et des pollutions comme cela est arrivé en Bretagne et en Anjou par exemple.

De plus, ces cas de figure de plans d’épandage inadaptés à la configuration du sous-sol sont avérés. C’est le cas dans le Lot ou des scientifiques et riverains mettent en garde contre les dangers de pollution de la nappe phréatique par du digestat brut dû à la nature karstique du sous-sol.

Elle lui demande donc de prendre en compte ces questions afin de permettre aux DREAL de faire des contrôles plus fréquents des installations et mieux réglementer les plans d’épandages des digestats des méthaniseurs.

Qui a dit oui ?

Pour demander des comptes à celles et à ceux qui ont décidé pour vous de la dégradation de votre cadre de vie, de vous exposer aux risques pour votre santé et votre sécurité sans vous consulter.

Aussi, nous allons publier la liste de vos élus/élues qui ont approuvé et décidé en vos noms l’implantation d’une unité de production de gaz en zone urbanisée !. Voir page "Téléchargement"

Première Assemblée Générale

Le première Assemblée Générale de notre association s'est tenue le vendredi 29 Juin. Cette rencontre a permis de faire un résumé des différentes actions engagées par le collectif et notamment de renouveler le bureau.

Assemblée générale juin 2018

Cortège Citoyen !

Opération réussie ce samedi 26 mai 2018. Plus de 120 personnes sont venues soutenir le collectif dans son combat afin que le Grand Angoulême retienne un autre site d’implantation pour son unité de méthanisation. Ayant démontré à plusieurs reprises les incohérences du dossier en matière économique, le Président de CECOA a rappelé lors de cette manifestation que le Grand Angoulême cherchait en premier lieur à répondre à ses obligations TEPOS sans se soucier des impacts liés à un tel projet : risques industriels, sanitaires… Il a également indiqué que les sites d’approvisionnement pour faire fonctionner une telle unité se trouvaient trop éloignés, avec pour conséquence d’aggraver le bilan carbone, sans oublier qu’il n’y aurait pas d’agriculteurs pour faire fonctionner l’unité.


Cortège Citoyen !

Chambre d'agriculture

Le 28 mars dernier, à l’initiative de l’industriel ENGIE, étaient conviés à une réunion d’information à la Chambre d’agriculture les éventuels participants au projet. Objectif : démontrer aux agriculteurs que l’unité serait économiquement viable. Mais cela était sans compter sur la vigilance de votre collectif, dont les membres étaient également présents pour rappeler la désapprobation des riverains des communes à ce projet. Force est de constater que les agriculteurs ne se sont pas bousculés au portillon.

2 minutes pour s'exprimer

2 minutes, c’est uniquement le temps laissé aux membres du collectif présents lors du Conseil Communautaire du 15 mars 2018 pour faire la lecture du livre blanc à destination des élus du Grand Angoulême afin de les interpeller sur les risques du projet d’unité de méthanisation. Ce qui démontre bien que nous sommes à l’heure de la concertation : « je t’écoute, je te comprends, mais je ferai tout passer par ordonnances sans prendre en compte ton avis »…

Fin des négociations

Au regard des décisions prises lors des précédents Comités de Pilotage, à savoir ne pas envisager un autre emplacement de l’unité de méthanisation, votre collectif a décidé de ne plus être partie prenante ce des comités, étant entendu que ses propositions ne sont en aucun cas prises en compte ou retenues. C’est dans ce contexte antidémocratique que le bureau a décidé de ne plus participer à ces fausses tables rondes.

Conseil Municipal de St Yrieix

Ce soir, 21 novembre, nous étions présents pour remettre aux élus de la commune une lettre ouverte pour les interpeller sur les conséquences de leurs choix.

Conseil Municipal de Fléac

Ce soir, 30 octobre, nous étions présents pour remettre aux élus de la commune une lettre ouverte pour les interpeller sur les conséquences de leurs choix. Résultat : un conseil sensible à notre argumentation !!!!

Action de marché !!!

Ce dimanche, nous étions présents sur le marché de FLEAC pour faire signer notre pétition. Merci à notre formidable équipe qui a récupéré plus de 60 signatures !

Pétition papier !

CAMPAGNE de PÉTITION en cours, de plus en plus de signatures (plus de 1500 à ce jour dans un premier rayon de 2 kms ) d'habitants de ST YRIEIX et FLEAC reconnaissants envers les bénévoles de CECOA qui leur donnent une information jamais donnée auparavant par leurs élu(e)s !!

Edition spéciale !

Vendredi 29 septembre 2017, 18H30, Restaurant Bar "Chez Théo", sur la zone d'activité, point d'étape sur le porte à porte.