L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail), dans son avis N° 2014-SA-0064 du 6 mai 2014 lance un cri d’alarme : l’homologation des digestats n’est pas possible en l’état faute de pouvoir s’assurer l’innocuité de ces produits tant pour la santé publique que pour l’environnement.



Les


Dangers



Stacks Image 22
Le risque zéro n'existe pas !

Le gaz créé par la méthanisation est un gaz explosif, corrosif et toxique (notamment en raison de la présence d'H2S).

En témoigne cette vidéo :

Un minimum de précautions doit être pris pour éviter la dégradation rapide des matériaux et les risques potentiels pour les riverains et le personnel :

  • Eviter toutes sources électriques prés du digesteur,
  • Surveillance des fuites,
  • L'utilisation de matériaux corrosifs.

Le digesteur doit être maintenu à une température avoisinant les 37°C (les bactéries travaillent à la même température que le corps humain pour se développer) : dans le cas contraire, la digestion est grandement ralentie (elle peut passer d'une durée avoisinant de 1 mois, à 6 mois), Une partie du biogaz crée (environ 20 à 30%) est utilisée pour maintenir cette température à 37°C.

L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail), dans son avis N° 2014-SA-0064 du 6 mai 2014 lance un cri d’alarme : l’homologation des digestats n’est pas possible en l’état faute de pouvoir s’assurer l’innocuité de ces produits tant pour la santé publique que pour l’environnement.

Plus récemment, l'ANSES a été saisie le 24 juin 2016 par la Direction Générale de l'Alimentation pour un appui technique relatif à un projet de cahier des charges portant sur les digestats. Il en ressort que :

  • Pour limiter les risques sanitaires, les matières premières autorisées sont limitées aux efluents issus d'élevages non placés sous restrictions sanitaires, les matières végétales brutes, les déchets exclusivement végétaux issus de l’industrie agro- alimentaire,
  • Risques de contamination et microbiologiques : l’agitation des fosses de stockage est effectivement requise et nécessaire pour assurer une homogénéité du digestat,
  • Le procédé de méthanisation mésophile infiniment mélangé ne permet pas d’assurer une hygiénisation complète du digestat brut produit,
  • La restriction des matières premières permettrait de gérer le danger potentiel microbiologique du digestat lors de son retour au sol,
  • L'épandage du digestat ne doit se faire que sur des cultures non destinées à l'alimentation, qu'il doit être fixé un délai minimum de 60 jours avant celui-ci.

Le biogaz est malodorant, à cause du souffre H2S qui le compose (Le souffre est connu pour son odeur d'oeuf pourri), ce qui nécessite pour cela l'existence d'un PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques)

Equipements non adaptés : l'Allemagne a fait le choix de cultures alimentaires dédiées pour faire fonctionner ses méthaniseurs notamment le maïs (ce qui est interdit en France). Ses intrants sont homogènes ,permettent un approvisionnement régulier toute l'année. La France se caractérise par des intrants plus variés sans avoir développé les équipements spécifiques et s'est tournée vers des procédés et équipements préexistants, notamment allemands.

Le matériel est inadapté.

L'Allemagne freine le développement de ses installations (le biogaz fournit 2 fois moins de calories que le gaz naturel) et cherche à vendre ses machines en France ,en Italie et en Angleterre.

Difficultés d'un approvisionnement régulier (notamment l'hiver) et manque de rentabilité ,surcoût de maintenance conduisent l'exploitant à changer le contrat et ses intrants.

Souces : Wikipedia.org/Méthnisation ; Ademe.fr : Méthanisation.info ; Chambre Agriculuture ; Développement durable.gouv ; Air Vigilence.org
Réseaux Sociaux

Suivez-nous !

   
Qui sommes-nous ?

Un collectif de riverains opposés à l'implantation d'une unité de métthanisation en zone urbanisée.

Mentions Légales / Statuts
Newsletter

Pensez à vous inscrire à la newsletter afin de rester informé.